24/02/2012

Kitchen garden, l’arme anti faim

Kitchen garden, le jardin potager. Jardin enrichi des déchets de cuisine, si important pour la subsistance dans tous les pays.

corée du nord, jardin potagerPeut-être pour moi une des meilleures illustrations de la haute productivité des terres privées c’était ces petits jardins potagers autour des maisons en Corée du Nord, avec des records de productivité par rapport aux terres collectivistes autour.

Les courges qui montent sur des filets de corde, les rangs serrés de piment, pak choï et autres aubergines.

Quand tu sais que tu profites pleinement de ton travail, tu ne lésines pas sur les efforts. Il y avait un contraste avec les champs collectivistes.

Pour tous ceux qui se penchant sur la question de sécurité alimentaire, il ne faut pas oublier ces “kitchen garden”.

Que peut-on faire pour que ces micro-jardins, essentiels pour la nutrition de ces millions de familles démunies, qui malgré le peu de terre, cultivent ces quelques plants comme compléments alimentaires ? Ces activités vivrières sont essentielles. Imaginez ces ouvriers dans les villages ou en ville, leur salaire de misère est « bouffé » par le budget nourriture, qui a explosé ces derniers mois.

 

Inde, irrigationUne innovation d’ International Development Enterprises India (j’ai déjà parlé de leur modèle innovant d’entreprise sociale au service des paysans pauvres en Inde),

le Kit Familial Nutritionnel, un mini kit de goutte-à-goutte coûtant 2-3$ permet d’arroser jusqu’à une cinquantaine de plants sur 20m² en remplissant un sac le matin et le soir. Sans ça, pas moyen pour ces familles de produire des légumes devant leur habitation.

On pourrait imaginer aussi, un croisement entre le Kit d’IDEI et ces courges Coréennes qui montent le long de ces filets de corde, des jardins suspendus à plusieurs étages

(en utilisant pourquoi pas les boudins de fibre de coco utilisés dans les serres industrielles de tomates en Europe)

pour que les familles des bidonvilles de Mumbai ou Kinshasa qui n’ont que quelques m² d’espace produisent leur nourriture dans des jardins verticaux.

 

Accès à des kits de semences variées et améliorées qui fournissent tout au long de l’année une alimentation équilibrée ; création de coopératives de collecte des déchets et compostage ; développement de micro-élevages de lapins ou de cobaye ; aider les écoles à mettre en place des jardins potagers éducatifs et nourriciers il y a une multitude de pistes pour stimuler la production vivrière des jardins potagers.

Et pourtant à y regarder de plus près, les projets agricoles des ONGs, de la FAO, les agences qui luttent contre la malnutrition PAM, UNICEF et compagnie, oublient souvent ce petit jardin potager.

Ces quelques mètres carrés de jardin potager qui peuvent rendre beaucoup de services contre la faim, et réduire la vulnérabilité alimentaire de nombreuses familles.

Les commentaires sont fermés.