07/01/2013

Quelles avancées contre la faim en 2013 ?

faim,malnutrition,icrisat,idei,prakti design,innovation,cgiarIl y a un an je commençais le blog Innover contre la faim pour faire partager mon regard sur la question de la sécurité alimentaire et de la lutte contre la malnutrition, et de manière plus large sur la problématique de développement dans les pays du Sud. Mes exemples sont tirés de mon expérience dans la gestion de programmes de développement rural/agricole en Asie (avec un intérêt tout particulier pour l’Inde et la Corée du Nord !) et en Afrique, mais aussi de projets variés de recherche agricole du CGIAR, et notamment de l’Institut International de Recherche sur les Cultures dans les Tropiques Semi-Arides (ICRISAT) avec qui je travaille, de plusieurs entreprises sociales innovantes avec qui je collabore / que je soutiens comme International Development Enterprises India et Prakti Design, et d’autres organisations et projets exemplaires que je connais, rencontre, et tous ceux que j’espère découvrir.

2012 a été riche en rencontres, réflexions entre les solutions agroécologiques et technologiques, projets de communication autour du thème de l’innovation contre la faim comme notre exposition photo homonyme au Forum Convergences 2015.

Cependant, deux ans avant la date limite pour atteindre les Objectifs du Millénaire, on ne peut pas dire que les problèmes de faim et malnutrition ont reculé en 2012. Plus d’un milliard de personnes sont en surpoids ou obèse, près d’un milliard de personnes vont au lit chaque nuit affamé, et au moins deux milliards de personnes souffrent de déficiences micronutritionnelles comme l’anémie, ou le manque de vitamine A [relisez la faim cachée pour plus d’information à ce sujet]. Le système alimentaire mondial est détraqué.

La faim et la malnutrition sont des problèmes complexes. Pour la majorité, c’est encore la population rurale et agricole qui est touchée (même si l’urbanisation rapide dans les pays en voie de développement est en train de changer en accéléré les équilibres et échanges ville-campagne). Challenges de la pauvreté, productivité de l’agriculture et notamment de la petite agriculture des pays du Sud, éducation et information, commerce des denrées et prix agricoles et alimentaires, sphère économique, dimensions sociales, changement climatique et dégradation environnementale, nous pouvons regarder cette question de la faim et malnutrition sous différentes angles.

Toujours est-il qu’un peuple affamé ou malnutri sort plus difficilement du sous-développement. Ce n’est pas qu’une posture de disserter sur les « 9 milliards de personnes à nourrir en 2050 » même si les conférences de ce nom se multiplient [voir par exemple la prochaine conférence Feeding the World de The Economist à Amsterdam le 30 janvier]. Que ce soit le G20, le Forum Economique Mondial et les gouvernements, les décideurs politiques savent que la question de la sécurité alimentaire va façonner le monde de demain pour le meilleur et pour le pire. La souveraineté alimentaire (être maître de son autosuffisance alimentaire) redevient une thématique actuelle.

Ma conviction : l’innovation qu’elle soit technique, sociale ou institutionnelle, dans le domaine agricole et des systèmes alimentaires est un champ encore largement peu défriché. Recherche agricole, ONGs, entrepreneurs sociaux, acteurs du secteur privé et public ont encore beaucoup à faire.

Innover Contre la Faim continuera à montrer que des innovations parfois simples peuvent avoir un grand impact sur le terrain auprès des familles paysannes les plus pauvres.

Il y a deux approches principales pour le développement agricole : l'agroécologie intensive [cliquez sur la photo du début d'article pour visionner un diaporama récent sur un projet de regénérescence des terres en Inde "Bhoo Chetana"] et une approche plus technologique (y compris les biotechnologies). Chacune a ses mérites et des limites.

4 angles que j'explorerais particulièrement : les partenariats innovants, l’approche pluridisciplinaire, la problématique de l’adoption de l’innovation ainsi que le passage à grande échelle.

Pour 2013, j’espère pouvoir faire de cet espace de réflexion un lieu encore plus actif et d’échanges avec vous. Alors n’hésitez pas à m’envoyer des informations sur des projets innovants ou insolites permettant des avancées dans le combat contre la faim.

Les commentaires sont fermés.